top of page

5 lois de Gestalt : la théorie de la forme au service de vos présentations PowerPoint


Le design et la psychologie ne sont pas incompatibles, bien au contraire ! Aujourd’hui, nous verrons comment la psychologie de la forme et plus particulièrement la théorie de la Gestalt, peut vous être utile dans la conception de vos présentations PowerPoint !


Introduction


La théorie de la Gestalt (de l’allemand “Gestalen” mettre en forme, donner une structure signifiante) a été formulée en Allemagne au XXème siècle par plusieurs psychologues et philosophe (notamment Christian von Ehrenfels considéré comme le pionnier de cette théorie, qui théorisa la forme dans l’article « Über Gestaltqualitäten »).


Gestalt est un terme complexe qui n’a pas vraiment d’équivalent dans les autres langues. Le terme est donc utilisé en français, aussi bien pour désigner la théorie de la forme, la gestalt-théorie, qu’une thérapie comportementale humaniste : la gestalt-thérapie.


Cette théorie cherche à expliquer comment nous percevons le monde qui nous entoure. En effet la théorie Gestalt propose un ensemble de principes qui vont permettre de mieux comprendre comment notre cerveau perçoit les formes.


Cette théorie part du postulat que l’ensemble est plus grand que la somme des parties.

Ainsi, les éléments ne sont pas simplement perçus comme juxtaposés mais sont compris dans leur ensemble. Elle stipule que face à un monde complexe, notre cerveau va chercher à ordonner, simplifier, mettre en forme ce que nous percevons. C’est pourquoi, nous avons une vision globale des choses. Par exemple, nous percevons le clavier d’un ordinateur en tant qu’objet dans sa totalité et non pas comme le détail de plusieurs touches alignées et posées sur un support.


Comme pour un morceau de musique, nous entendons la mélodie et pas les notes les unes après les autres.



Dans ce tableau de Giuseppe Arcimboldo, le spectateur reconnaît tout de suite un visage, et c’est dans un second temps qu’il constate que ce visage est composé uniquement de fruits et de légumes.


Pour faire court, Gestalten signifie mettre en forme, donner une structure signifiante (n’ayant pas d’équivalent en français cela reste une définition approximative). Le résultat, la Gestalt, est une forme prenant sens pour celui qui regarde car structurée, organisée par notre cerveau.

La perception : une approche systémique


D’après la théorie de la Gestalt nous percevons primordialement des formes globales et non des détails. Il s’agit pour notre cerveau de faire une synthèse, un assemblage qui rend l’ensemble compréhensible, rapidement. Pour cela plusieurs mécanismes cognitifs complexes traduisent ce qui est perçu, de façon physique, par l’œil.


Prenons le cas des étoiles. Lorsque que nous regardons le ciel étoilé notre cerveau organise notre observation de telle manière à percevoir des groupes, à les structurer, et donc à pouvoir en dégager des formes. L’étoile, stimulus inital, sera associée à d’autres étoiles pour s’organiser en « forme » : la constellation. Cette démarche permet une appréciation rapide par notre cerveau puis aboutit à une identification. Ainsi nous pouvons trouver et reconnaitre la grande ourse en regroupant mentalement les étoiles de la « grande casserole ».





Pour le dire autrement, un ensemble ne peut se réduire à la somme des stimuli perçus. Un visage n’est pas l’addition d’un nez, d’une bouche et de deux yeux tout comme un texte n’est pas la simple addition de mots. Ce n’est pas tant chaque élément qui compte mais leurs relations les uns avec les autres mais également avec le « tout ». Chaque élément tire ses propriétés particulières de sa place et de sa fonction au sein de ce tout. Cette approche, telle que définie par le Gelstat, est systémique. C’est à dire multiple et globale.


Les lois Gesalt


#1 La loi de la forme


C'est la loi principale dont découlent les autres. Notre cerveau cherche à reconnaître des formes simples et stables qui lui sont familières. Notre perception des éléments se fera de manière globale, en cherchant à regrouper des éléments qui vont ensemble.


Vous connaissez sûrement cette illusion qui explicite cette loi : vous pouvez voir ici soit un vase soit deux visages mais jamais les deux en même temps . Votre cerveau cherche à reconnaître une forme qu’il connaît et qu’il peut interpréter simplement.


Cette loi doit permettre au public de votre présentation d'identifier rapidement les différents grands ensembles de vos diapositives et de déduire l'organisation générale. Des éléments graphiques trop présents seront interprétés comme des formes et perturberont la lisibilité des contenus principaux.

#2 La loi de proximité


Les éléments similaires les plus proches sont regroupées ensemble. Pour éviter les associations portant à confusion, les séparations entres des éléments qui pourraient être regroupés est indispensable.



Dans LinkedIn, les informations sont regroupés en encarts par émetteur, avec une hiérarchisation forte de l'information. Ce modèle est décliné sur l'ensemble des post.

#3 La loi de continuité


Notre œil perçoit les éléments rapprochés comme faisant partie d’un même ensemble, d'un même groupe. Nous percevons ces éléments comme un prolongement les uns par rapports aux autres. Cela permet d’encourager le regard à suivre un tracé.



Sur cette image nous ne percevons pas un nuage de point mais nous voyons apparaître le mot USA.

Notre œil suit les lignes que nous percevons. La connaissance de ce phénomène permet dans une composition d’inciter le regard à suivre un cheminant « prédéfini ».

#4 La loi de similarité


Si notre cerveau ne parvient pas grâce à la distance à regrouper des éléments ensemble, il cherchera les formes qui sont similaires. Les associations peuvent se faire par la forme, la couleur, l’orientation ou d’autres critères.



Les cercles bleus forment un groupe. Les cercles mauves, un autre groupe. Enfin les losanges mauves se démarquent eux aussi.

Il est donc essentiel de rendre similaire les éléments qui ont la même fonction afin que le public les repère rapidement et hiérarchise intuitivement le contenu.


#5 La loi de Pragnanz


Prägnanz est un mot allemand qui signifie « bonne figure » ou « légèreté » (littéralement défini comme « bref, puissant et ayant une expression significative »). L’œil humain aime trouver la simplicité et l’ordre dans les figures complexes – cela nous évite d’être submergés par la surcharge d’informations.




Les formes simples et nettes sont plus facilement et rapidement comprises et interprétées que les formes complexes. Dès lors, les formes géométriques ont notre préférence et la simplification des formes entraine une amélioration de la rapidité de compréhension.

Nous percevons les formes les plus familières, comme étant les plus significatives. Notre regard, est donc plus attiré par ce qui nous est familier.


Vous devez donc proposer des éléments familiers dans vos diapositives qui serviront de repères visuels : logo, iconographie, langage visuel de l'entreprise.

Pour résumer


Les principes d’organisation perceptuelle définis par la Gestalt nous fournissent des connaissances précieuses qui nous permettent de créer des présentations efficaces, efficientes et visuellement agréables. Nous avons passé en revue les 5 lois les plus pertinentes pour vous en tant que concepteur de présentations PowerPoint :

  1. La loi de la forme

  2. La loi de proximité

  3. La loi de continuité

  4. La loi de similarité

  5. La loi de Pragnanz

Êtes-vous prêt à les appliquer ?


526 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page